Confinement jour 45 : Comment les mettre au lit (et qu’ils y restent) ?

LE TÉMOIGNAGE DE LA TEAM

Marion
Membre de Parent Epuisé
Maman de 3 enfants (5 ans, 3 ans et demi … 3 ans et demi !)

J’adore mes enfants, j’adore mon travail, j’adore travailler toute la journée avec les enfants à côté et ma vie est un long fleuve tranquille que même le confinement n’est pas venu troubler. Mouhahahahaha ! Et aussi, j’oubliais : mes enfants se couchent tous seuls sans rien dire ce qui me permet de lire puis de dormir 8 heures d’affilée avant de me réveiller en pleine forme accompagnée par le doux chant des oiseaux. Quoi ? C’est pas crédible ? Ok, avec les trois petits, je vous avoue que ça n’a longtemps pas été le cas et que le sommeil fût pendant très longtemps LE sujet douloureux de ma vie de maman. Quand les filles avaient 6 mois et le grand pas encore 2 ans, j’avais tout de même des nuits dont le cumul des réveils pouvait s’élever à 10 sans compter les innombrables allées et venues du redouté et redoutable coucher.


Le coucher donc, voilà ce dont je voulais vous parler. Bien sûr, il y a la fameuse routine à respecter : le repas, le bain, l’histoire, les câlins, le dodo. Ok, bon, ça figurez-vous que ça fait longtemps que je le faisais, mais ensuite, au moment fatidique, il y en avait toujours un qui faisait sa crise et ça me rendait DINGUE. 


Un jour, j’ai essayé de leur mettre une petite séance de méditation. Et figurez-vous que ça a marché. Ça a marché sur moi ! Je me suis transformée en bouddha sur lequel leurs requêtes glissaient comme une eau à parfaite température. Je ne dis pas que je ne fais plus jamais quelques allers-retours dans leur chambre, mais ça ne me sort plus de mes gonds comme avant et je peux avoir des soirées à moi. En temps de confinement, c’est quand même précieux.

Ici, on aime bien Calme et attentif comme une grenouille, je vous donne le lien, mais cherchez et trouvez la vôtre, celle qui va vous faire du bien. Parfois, c’est aussi un moment de sport, ou un moment de lecture qui va me déstresser. Bref, vous l’aurez compris, une fois que toutes les conditions sont réunies pour le bon endormissement des enfants, ce à quoi il faut veiller, c’est d’être soi même détendu.