Confinement jour 41 et 42 : Déconfinement et déconfiture

LE TÉMOIGNAGE DE LA TEAM

Delphine
Membre de Parent Epuisé
à la tête d’une famille avec un mari, un chat, et un enfant de 2 ans et demi

Vous vous souvenez, il y a plus d’un mois maintenant, lorsqu’on apprenait qu’on allait devoir passer deux semaines avec nos enfants ? Qu’on voyait qu’on allait certainement y passer un mois ? On était super naïf pour la plupart, on pensait qu’on pourrait rapidement aller au mariage de nos amis en juin, fêter nos anniversaires, retourner au travail, que nos enfants reprendrait le chemin de l’école normalement.

Et puis on a commencé à cerner mieux le virus, à comprendre que ce n’était pas « juste une gripette ». A avoir peur aussi. Nous allons devoir apprendre à vivre avec le virus, mais aussi avec nos enfants à la maison H24. Le déconfinement se rapproche et il ressemble à une déconfiture. Je ne sais pas pour vous, mais ici les professeurs commencent à appeler. Est-ce que vous pouvez garder vos enfants encore un peu ? Est-ce que tout le monde travaille chez vous ? Ils ne pourront pas reprendre des classes de 30 élèves, alors il va falloir choisir.

Qui reviendra à l’école ? On passe ces dernières semaines à élaborer des hypothèses, à lire des articles qui ne nous apportent rien, sinon ajouter des questions.

Alors pour ces dernières semaines de confinement, qui sont loin d’être les dernières semaines avec le virus, déconnectons. Laissons nos téléphones et les chaînes d’infos en direct de côté. Il sera bien temps de prendre connaissance de notre nouveau mode de vie.

Tentons de trouver de la douceur dans le chaos, serrons-nous les coudes. Ne jugeons pas le parent qui a hâte que ces enfants reprennent l’école, ni celui qui plaque tout pour s’en occuper jusqu’en septembre. La situation est assez dure pour que nous ne le soyons pas entre nous. Respirez (loin des autres), aimez !

L’activité

Aujourd’hui pas de tuto PQ ou d’activités qui retourne votre maison. Je vais vous parler de douceur, de nostalgie, de débats intérieurs, d’univers dans lequel on se replonge avec plaisir. L’odeur de la colle en pot, un livre qui vous veut du bien. Il est sorti en poche ce 1er avril, certaines librairies ont réouvert avec de petites horaires et en drive. Alors si vous avez la chance de pouvoir dealer un livre, prenez-le. Adèle Bréau y dépeint les années 90 avec brio. On revit des pans de notre adolescence, et bien qu’elle ne soit pas toujours rose, on replonge aussi dans cette innocence qu’on semble tous avoir perdue aujourd’hui.

Un peu de douceur dans ce monde de… vous connaissez la suite 🙂