Le départ à l’école, ou la course contre la montre du parent

Été comme hiver, difficile de sortir de chez soi sans être en nage lors du départ à l’école. Le parent épuisé boit son café froid, évidemment, mais il passe surtout au second plan quand il s’agit de préparer tout le monde et d’arriver à l’heure à l’école et au travail. Entre le petit qui veut être très indépendant, s’habiller tout seul, lacer ses chaussures mais qui met trois heures… L’aîné qui lui n’a aucune envie d’aller au collège, et qui a toujours tout perdu, son cartable il sait pas, son livre de math il sait pas, est-ce qu’il a piscine aujourd’hui ? Il sait pas…

Alors fatalement, c’est nous qui prenons sur notre « quality time », on s’habille en vitesse, on se tâche et on ne se change pas pour autant, nous avons une coupe de cheveux qui laisse à désirer et surtout les nerfs quand on déboule au boulot une heure plus tard.

Mais tout n’est pas perdu, ils grandissent, et on arrive petit à petit à grappiller un peu de temps pour soit, surtout, si on est malin, on refile cette charge mentale à l’autre… C’est de bonne guerre !