Se débarrasser des conseils bienveillants à la con

Shiva
Créatrice de Parent Epuisé
à la tête d’une famille recomposée

Je n’oublierai jamais le jour où j’ai découvert ma 1ère grossesse. La seconde non plus, mais la 1ère, c’est quelque chose, je pense que personne ne dira le contraire. Je ne savais pas qu’on pouvait passer de la joie intense à la détresse absolue en moins de quelques minutes. Ce jour-là, j’étais en vacances (bien vu, vu la tornade qui s’annonçait :)), et je me rends compte un peu tard (ben quoi, j’ai des boutons en ce moment, ben oui, je m’endors à 20h, et oui, j’ai mal aux seins, mais non, j’ai rien voyons) que je suis enceinte et bien enceinte. D’abord, c’est l’explosion de joie ! J’imagine immédiatement le petit être parfait, souriant, aux joues roses et au regard malicieux. Un soulagement aussi ! Mes boutons allaient donc partir ! Et je pourrais à nouveau dormir sur le ventre ! Et tenir tout un dîner sans m’écraser dans mon plat sans comprendre… Ouf, je n’avais rien de grave.
Et puis voilà. J’en ai parlé aux très proches, et là, ça a été la descente aux enfers. QUOI ? Mais tu as mangé du poisson cru hier ? QUOI ? Mais tu prends des gouttes pour la conjonctivite ? QUOI ? Mais tu as bu du vin ? Mais ma pauvre chérie, entendais-je dans ma tête, ton gosse est déjà fichu.

Et voilà que le grand drame de ma grossesse frappait de plein fouet : la culpabilité, écrasante, la peur terrible de mal faire, d’avoir déjà mal fait, d’avoir tout faux, de faire du mal à ce petit être qui devait être parfait.
Quelle angoisse !
Heureusement, je me suis rattrapée avec le 2e et j’ai appris à lâcher prise, mais cela n’a rien de naturel et, même si les conseils se veulent bienveillants, quand c’est la 1ère grossesse et qu’on se sent ignare, on prend carrément cher. Alors je le dis à toutes : surtout, n’écoutez aucun conseil à la con. Débarrassez-vous en. Je crois que ça fait juste plaisir aux gens qui les donnent car c’est une façon de revivre leur histoire en se sentant utiles. Mais la vérité, c’est qu’aucune grossesse ne ressemble à une autre, et que l’essentiel pour que tout aille bien, c’est encore une fois…lâcher prise et prendre les choses cool.
Voici donc de quoi relativiser et se détendre de la culotte pour commencer l’aventure ZEN !!!
Des bises et plein de good vibes !

ON SE FAIT DU BIEN

RÉPONSE D’EXPERT

Comment aider l’aîné à accueillir le second ?

Quand c’est une 2e grossesse, on est plus détendues, mais plus occupées aussi. Et un nouveau stress pointe…: comment va-t-on faire pour que le 1er ne se sente pas oublié ou rejeté ? Pour qu’il aime son frère ou sa sœur à venir ? Comment éviter que l’aîné veuille «  jeter le bébé à la poubelle » et que le futur parent entende tout (et n’importe quoi !) sur ce que ça veut dire ! La jalousie du grand est à la fois naturelle et angoissante à gérer. Alors, quitte à parler des préjugés sur la grossesse, j’ai bien envie de vous partager cet article qui en plus de traiter les questions de base (ex : comment l’annoncer) déstresse clairement sur les réactions du 1er. 

COMMENT SE DÉBARRASSER

Des conseils bienveillants à la con 🙂

Pour les commentaires sur ce que l’on mange

Si on vous a déjà pris la tête, pendant votre grossesse, sur ce qu’il ne fallait absolument pas manger et boire sous peine que ce soit la cata absolue…cet article est pour vous ! Au hasard de mes recherches, j’ai découvert Daphne Adler ! Une mathématicienne formée à Harvard et mère de trois enfants qui dézingue « 165 grands risques et mythes de grossesse dans son livre Debunking the Bump » (le tout relu et validé par des médecins). Une sacrée bouffée d’air frais pour toutes celles et ceux (beaucoup de papas sont aussi en stress sur ce sujet) pour qui les 9 mois virent à la phobie permanente de shopper quelque chose. Si le livre est très costaud à digérer (genre on va pouvoir le lire hahaha) et uniquement dispo en anglais, cet article vous donne un très bon aperçu de son contenu…ainsi que quelques arguments bien scientifiques à placer au prochain qui vous parle de café, de fromage ou de sushi !