Je suis contre les punitions… sauf dans la vraie vie

Shiva
Créatrice de Parent Epuisé
à la tête d’une famille recomposée

Avant de devenir mère pour de vrai, je me disais que moi, jamais je ne punirais mes enfants parce que je n’aurais pas besoin de ça et que le dialogue serait suffisant et que je suis une bonne mère et que l’éducation positive et gnagnagna.

Aujourd’hui je ris, mais je ris ! Sans punitions, même si on nous dit le contraire, point de salut. Seulement c’est facile à dire, mais les punitions efficaces et pas boomerangs (tu sais, celles où c’est toi qui est punie à la fin genre – on n’ira pas au cinéma si vous n’êtes pas sages – alors que c’est un peu ta solution miracle pour faire la sieste que tu attends depuis 10 jours…), c’est pas si simple à trouver.

En réalité, il faut même être sacrément créatif pour que ça marche vraiment. Et idéalement, pour que les punitions soient pédagogiques. En bref, on a l’impression que tout ce qu’on fait est mal. “Va dans ta chambre” Ah ben non, sinon la chambre sera assimilée à un endroit négatif. “Dis pardon à ton frère” Ah non plus car ça doit venir du cœur et être sincère (hahahaha) “Range ta chambre ou je…casse tous tes jouets” (un peu barbare il paraît et pas le bon exemple).

Ce qui est sûr, c’est pour que ça soit efficace, il faut trouver des solutions intelligentes, “positives” et surtout… les appliquer vraiment. Allez, je compte jusqu’à 3……et après ? Après ? Pas d’inspi à part des cris. Alors, comment on fait pour “bien punir”? Je vous expose les pistes que nous avons explorées et testées avec la Team ! Bises épuisées

Le dilemme existentiel

LA QUESTION QUI TUE

Peut-on « bien » punir ?

Punir ou pas punir ? Telle est la question ! Existe-t-il de bonnes sanctions ? Et comment faire si on ne veut pas punir ? Autant de questions que l’on se pose à un moment ou à un autre, après une punition trop sévère ou quand on constate qu’on a beau sanctionner, l’enfant n’écoute rien DU TOUT…

J’ai trouvé cet article de Magicmaman intéressant sur le sujet : Bruno Hourst, chercheur en pédagogies nouvelles et auteur de « J’aide mon enfant à bien vivre l’autorité », apporte un éclairage intéressant !

Les outils

Bien-être

Pour arrêter de culpabiliser après avoir “puni” nos bambins

Que l’on soit tendance autoritaire, à la cool, après une punition, c’est le 2e effet Kiss Kool assuré : on se sent ultra coupable, nul, indigne, bref, c’est la lose parentale… Comme si on ne se posait déjà pas assez de questions sur tout ce qu’on fait (Mes enfants sont trop gâtés ou pas assez ? est-ce que je passe assez de temps avec eux ? Est-ce que je devrais jouer plus…)

Halte à l’autoflagellation et soyons fiers de nous ! Lisez donc ce décryptage de ces situations par Nicole Fabre, psychanalyste, vous en sortirez plus léger(e)!

Pour redescendre en pression (sans refouler ses émotions)

Et voilà, on vient de s’énerver et on n’arrive plus à redescendre. Et ça peut durer longtemps… Depuis quelques temps, j’ai appris à dégainer mon “défouloir” pour évacuer cette colère. Il paraît que c’est salutaire plutôt que de la refouler. Et ce qui est bien avec cette astuce c’est qu’elle peut prendre n’importe quelle forme. Vous pouvez hurler un bon coup dans vos toilettes, écrire ce qui vous énerve avant de déchirer la feuille, taper dans un oreiller, lâcher 3 minutes de mots grossiers sans vous arrêter… Bref, vous avez carte blanche pour hurler un bon coup !